Préhistoire

  Pas de doute pour le muséum,
L’ancêtre des singes et des hommes
Etait un simple mammifère
Ignorant Dieu et l’univers.

Marchait-il courbé ou debout?
S’intéressait-il aux cailloux?
Avait-il des jambes ou des pattes?
Grimpait-il comme un acrobate?

Pour le savoir, il faut creuser,
Sonder le sol, gratter, fouiller.
On retrouve des os, des crânes,
Des dents, mais pas un seul organe.

Les anthropologues l’assurent,
Il a vécu dans la nature
Voilà plusieurs millions d’années.
Pourvu qu’il soit fossilisé!                                    

L’Australopithèque est petit,
Témoin celle appelée Lucy
Qui vivait sous le ciel d’Afrique,
Sans grand talent pour la technique.

Plus tard vint l’Homo habilis.
Avec son âme créatrice,
Il ramasse et taille des pierres,
Premiers outils rudimentaires.

Homo erectus se tient droit.
Très inventif et très adroit,
Il est vêtu de peaux de bêtes,
Il fait du feu sans allumettes.

Il taille le silex en biface,
Un outil des plus efficaces,
Construit des cabanes, des abris,
Le protégeant des froids, des pluies.

On sait qu’il tuait à la chasse
L’ours des cavernes avec audace,
 
Les mammouths, les aurochs, les cerfs, 
Avec pour toute arme: des pierres.

Néandertal est un cousin.
Ses traits sont moyennement fins:
Menton fuyant, front en arrière,
Grosses arcades sourcilières.

Mais ne jugeons pas sur la mine.
Elles coulent sous sa narine,
Les larmes, quand il couche un mort
Dans un trou, sous les boutons d’or.

Enfin l’homme de Cro-Magnon,
Très doué pour la décoration.
Homo sapiens on le dénomme,
C’est notre espèce, un frère en somme.
 

Il peignait, c’était à la mode,
Couvrait avec art et méthode,
 
Les parois des grottes calcaires
D’un bestiaire extraordinaire:

Bisons, taureaux, lions et chevaux,
Des fresques grandioses à Lascaux,
Couleurs cent pour cent naturelles:
Ocre, brun, rouge et tons de miel.

Homme et singe ont le même ancêtre.
On le retrouvera peut-être...
Et dire que nous, ses descendants,
Sommes des milliards à présent!

C’est au fil des générations
Que se produit l’évolution.
Par le temps et la connaissance,
Le monde change en permanence.

 
Louise Duty