Spermato

Quand on était spermato 
         On vivait dans l'eau,
Tête et queue microscopiques

         Mais très énergiques.

On habitait chez papa
        Au premier étage,
Deux chambres à part sous un toit,
        Sans trop de chauffage.


On nageait pour s'entraîner,

        Ou pour s'occuper,
En attendant le moment
        D'aller voir maman.

C'est arrivé un beau soir
        Quand papa, heureux,
Nous a donné le départ
        En fermant les yeux.

Nous voilà partis en flots
        Dans un antre chaud,
Autant de filles et garçons
        On est des millions.

Beaucoup ont abandonné,
        Nous, on se bouscule,
Allez, fouette, il faut foncer
        Atteindre l'ovule.

Superbement arrondi,
        Il a tressailli
Quand on a perdu la tête
        Dans sa peau douillette.

Aussitôt c'est la fusion,
        L'accord est parfait,
Puis viennent les divisions
        C'est la vie qui naît.

Dans notre vie éphémère
On attend le lendemain,
        Et ce qu'on préfère

        Ce sont les câlins.

 

  Juliette Dumas Tilquin